Meilleur lait anti-colique : avis

Meilleur lait anti-colique : avis

Témoignage d’Olivier, père d’un petit Louis victime de coliques. Lorsque le fils nouveau-né d’Oliver a eu des coliques, lui et sa femme se sont préparés à l’horreur des nuits blanches. Puis ils sont allés dans une clinique d’allaitement…

Vidéo : Les coliques du nourrisson – Maladies infantiles

Deux semaines après la naissance de notre fils Louis, il y a trois mois, il a commencé à montrer des signes de coliques. Juste au moment où ma femme Claire et moi étions le plus épuisés, vers six heures du soir, il pleurait fort et inconsolable sans raison apparente, le dos voûté et les jambes doublées. Comme notre fille Olive (maintenant âgée de trois ans) avait fait de même, nous n’étions pas tout à fait surpris. Mais nous gémissions à la perspective de mois de longues nuits à le promener en vain et de promenades nocturnes avec l’album Pet Shop Boys Introspective en pleine forme. (C’était la seule chose garantie pour faire taire notre fille. Quelqu’un devrait faire une étude pour savoir quelle musique populaire est la plus efficace pour calmer les bébés en difficulté – je ne jure que par les Pets).

Pour ajouter au chagrin, ma femme a eu une mastite, ce que nous avons supposé être la raison pour laquelle chaque tétée donnait l’impression qu’elle se faisait taillader les tétons avec des lames de rasoir. Les antibiotiques pour la traiter n’ont fait qu’empirer la situation de notre fils, lui donnant des maux de ventre. Alors que nous nous dirigions vers la fusion et l’allaitement au biberon, un visiteur de santé nous a suggéré de rendre visite aux sages-femmes Chloe Fisher et Sally Inch, que l’on dit être les reines internationales de l’allaitement, à leur clinique sans rendez-vous à l’hôpital John Radcliffe d’Oxford.

Il semblait plausible qu’elles puissent nous aider pour la mammite, mais j’étais sceptique quand Fisher nous a dit que les coliques étaient aussi liées à la technique d’allaitement de ma femme. J’avais étudié la littérature scientifique dans le passé, et malgré des contacts avec des dizaines de professionnels de la santé au fil des ans, et des discussions sans fin avec d’autres parents, personne ne nous avait dit que les coliques avaient quelque chose à voir avec la façon dont on allaite.

Environ un cinquième de tous les bébés ont le syndrome de colique complète, et seule une petite minorité d’entre eux (5 à 10 %) ont une cause physique identifiable. C’est un problème grave parce que la moitié des mères dont le bébé a des coliques sévères sont susceptibles de devenir mentalement malades, ce chiffre tombant à un quart si le bébé n’a que des coliques modérées (par rapport à 3 % des mères qui n’en ont pas).

Cette maladie a déconcerté les scientifiques médicaux qui cherchaient une cause biologique. Seule la science sociale, plutôt que médicale, semble fournir quelques indices. La plupart des bébés des pays développés, sinon tous, présentent certains des symptômes, mais ils sont rares ou inconnus dans les pays en développement. Une raison possible est que dans ces derniers pays, les bébés sont constamment tenus, nourris efficacement et à la demande. Les bébés pleurent moins lorsque leur mère les porte pendant trois heures ou plus, ou les nourrissent à la demande pendant les deux premiers mois (fans de Gina Ford, à noter).

Une autre raison pourrait être le manque de soutien social et la vie stressante et laborieuse des femmes enceintes dans les pays développés. Une étude portant sur 1 200 mères interrogées avant la naissance et lorsque l’enfant avait trois mois a révélé qu’une bonne relation avec le partenaire avant la naissance réduisait les coliques. Soixante-dix pour cent des mères ont eu des bébés à coliques si elles avaient beaucoup de stress prénatal, se sentaient isolées et prévoyaient avoir besoin de beaucoup d’aide postnatale, contre seulement 25 % des bébés de mères sans ces problèmes. Les problèmes antérieurs de la mère le prédisaient également. Lorsqu’on leur posait la question pendant la grossesse ou peu après la naissance, les mères qui se souvenaient de souvenirs d’enfance pénibles ou qui s’attendaient à un manque de soutien ou à une interférence excessive de la part de leur mère étaient plus susceptibles d’avoir des coliques chez leur bébé.

J’ai donc été très surprise d’apprendre que les coliques chez le bébé allaité sont principalement dues à quelque chose d’aussi simple que le fait de ne pas attacher le bébé au sein correctement, ce qui signifie que le bébé est incapable de  » drainer  » le sein correctement pendant les tétées.

En arrivant à la clinique un lundi après-midi, nous avons été accueillis par la vue d’une bande de mères désespérées, leurs bébés tétant pour la Grande-Bretagne. Il y avait deux paires de jumeaux ; nos esprits éreintés s’embrouillaient à l’idée d’essayer de les satisfaire. Mais Fisher et Inch rayonnaient d’une confiance suprême que le salut était à portée de main, parcourant la pièce, donnant des instructions emphatiques.

Fisher a énoncé deux principes : « D’abord, ne pas supposer que le sein est comme une bouteille. Le lait est dans le sein, pas dans le mamelon, alors qu’avec un biberon, le lait est dans la tétine. Pour téter efficacement au sein, le bébé doit prendre une grande gorgée de sein, alors qu’avec un biberon, il peut simplement téter au bout de la tétine.

 » Deuxièmement, les gens supposent à tort que le milieu de la bouche du bébé se trouve à mi-chemin entre la lèvre supérieure et la lèvre inférieure. En fait, le milieu se trouve entre la surface supérieure de la langue et la partie supérieure du palais. Pour que le bébé aspire suffisamment de tissu mammaire dans sa bouche, il doit pouvoir éloigner sa langue de la base du mamelon et cela ne se produira pas à moins que le sein soit présenté entre la langue et le palais supérieur. »

Si le bébé ne s’attachait pas correctement, nous ont dit les sages-femmes, il ne drainerait pas le sein correctement et continuerait à comprimer le mamelon entre la langue et le palais dur, le transformant en quelque chose ressemblant à de l’agneau haché. La mise en pratique s’est avérée étonnamment difficile, mais après un certain temps, ma femme a pris le coup de main.

Ensuite est venu l’autre point important :  » Ne changez de sein que lorsque le bébé bien attaché se détache spontanément du sein et semble complètement satisfait « , a dit Fisher.  » En offrant le deuxième sein, laissez le bébé décider s’il le veut ou non. Si la mère commence chaque tétée en alternant les seins [peu importe si le bébé en a eu un ou deux à la tétée], les seins seront à peu près utilisés de la même façon. L’important est de permettre au bébé de terminer le premier sein en premier ».

Ne pas le faire est la principale cause de coliques. Fisher nous a aussi dit que le lait initial est faible en gras et en calories. Si vous changez de sein avant d’avoir bu le lait riche en matières grasses, le bébé prendra plus du deuxième sein qu’il ne l’aurait fait autrement. Malgré le volume relativement important de liquide dans son estomac, le bébé voudra alors une autre tétée avant longtemps, parce que les tétées à faible teneur en gras sont traitées rapidement, ce qui entraîne un schéma d’alimentation très fréquent. Cela peut causer des maladies mentales – privation de sommeil – mais, pire que tout, cela provoquera des coliques.

Un mauvais attachement et un changement de sein font que le bébé prend des tétées fréquentes, de grand volume et à faible teneur en gras, ce qui entraîne une vidange rapide de l’estomac dans le gros intestin. Si une trop grande quantité arrive trop vite, il n’y a pas assez de lactase, une enzyme, pour décomposer le sucre du lait (lactose). L’intestin se transforme en une brasserie qui fonctionne mal, la fermentation du sucre dans l’excès de lait créant des gaz et des poisons explosifs. S’ensuivent les pleurs, le dos voûté, le ventre rigide et l’irritabilité des coliques.

J’étais sidéré. Si tout cela était vraiment vrai, pourquoi diable tout le monde n’en a pas été informé, surtout si l’on considère les dommages causés à la santé mentale des parents par la colique ? Fisher a répondu qu’elle et le Dr Mike Woolridge avaient publié l’hypothèse dans la principale revue médicale The Lancet il y a 17 ans.  » Je m’attendais à ce qu’après cela, cela résolve le problème. Il me semble assez extraordinaire que cela n’ait pas été le cas. »

Fisher croit qu’elle a raison car elle a vu des milliers de mères résoudre le problème en suivant leurs conseils, mais depuis l’article de 1988, sa théorie a été scientifiquement testée. Une étude de 1995 a comparé deux groupes de 150 mères : l’un a demandé à ce que le bébé cesse d’être nourri au premier sein, l’autre a demandé à ce que le bébé soit nourri de façon égale aux deux seins. Deux fois plus de mères qui ont nourri leur bébé de façon égale avec les deux seins ont eu des coliques (23 % contre 12 %). De plus, le fait de terminer le premier sein en premier a entraîné une diminution significative de l’engorgement des seins.

Il s’est avéré que cela s’applique aussi à nous. Inch doutait que ma femme ait réellement eu une mastite infectieuse ou ait eu besoin d’antibiotiques pour cela et a facilement prouvé son point de vue. Quelques jours après que ma femme ait commencé à prendre les antibiotiques, le problème s’était développé aussi bien au sein droit qu’au sein gauche. Comme la mammite infectieuse est un problème bactérien et que les germes auraient dû être tués par les antibiotiques, Inch a fait remarquer qu’un tel transfert n’aurait pas pu se produire s’il s’agissait d’une pathologie bactérienne. L’inflammation du sein était plutôt due à une pression arrière dans le système canalaire du sein, a-t-elle dit. Le retrait inefficace du lait ne suivait pas le rythme de la production de lait, de sorte que le lait ne pouvait plus être contenu dans le système canalaire. Il a été forcé dans le tissu conjonctif du sein, où il est traité comme une protéine étrangère, avec une inflammation et une douleur subséquentes.

Tout cela s’est avéré être d’un intérêt plus qu’académique pour nous. Nous sommes retournés à la clinique du jeudi pour un cours de rappel sur la fixation au sein, mais dès le premier instant où ma femme l’a fait correctement, la douleur a été beaucoup moins forte. Dès cette même nuit, notre fils n’avait plus de coliques et en une semaine, la  » mastite  » avait disparu.

Pourquoi ne nous a-t-on pas dit tout cela alors que nous avions des problèmes avec notre premier enfant ? Cela semble tout à fait extraordinaire maintenant que nous ne l’étions plus. Je me demande ce qu’il faudra faire pour que le ministère de la Santé insiste pour que le Conseil des infirmières et des sages-femmes prescrive le minimum de formation en allaitement pour être admissible – plutôt que, comme c’est le cas actuellement, de laisser cela à la discrétion des écoles de formation individuelles, avec des résultats très inégaux.

Vidéo : Quel lait pour mon bébé ? – La Maison des maternelles #LMDM

Un commentaire

  • WalkAlone

    Bonjour Je l’utilise depuis quelques mois et c’est un bon biberon, pour les enfants qui ont des coliques, c’est le biberon recherche pour faire disparaitre ces coliques. Son nettoyage est facile egalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *